Albert Rousseau

Né le 17 octobre 1908 à Saint-Étienne-de-Lauzon, Albert Rousseau y décède le 18 mars 1982. Démontrant très jeune un grand intérêt pour la peinture, il s’inscrit à l’École des beaux-arts de Québec en 1925 où il reçoit prix et médailles tout au long de son parcours académique. À la fin de ses études en 1931, Rousseau accepte, pour gagner sa vie, un emploi dans l’hôtellerie mais ne délaisse pas son art pour autant. « J’ai besoin de peindre, comme de respirer ou de manger, et je peins chaque jour, sinon toujours avec mes pinceaux du moins en imagination, dans ma tête, partout en conduisant mes véhicules, en conversant avec des amis, même en rêvant !  Ce que je cherche avant tout, dans mes œuvres, c’est communiquer, c’est faire passer une émotion, c’est exprimer un moment, un rythme, un sentiment : et ce désir est insatiable. » Il profite donc de tous ses temps libres pour s’adonner à sa passion, peignant son pays et sa nature en compagnie très souvent de son ami Marc-Aurèle Fortin ainsi que d’autres peintres québécois comme René Richard. En 1948, il remporte le prix du Jury au Salon du printemps organisé par le Musée des beaux-arts de Montréal. Puis, en 1950, le Musée de Québec (maintenant Musée national des beaux-arts du Québec) présente une rétrospective de l’évolution de la peinture au Québec depuis 1834 avec des œuvres de 37 artistes, dont Albert Rousseau.  Ces deux événements marquent un tournant dans sa carrière, lui ouvrant la porte à différentes manifestations artistiques au Canada. Tout au long de sa vie, il ne cesse de perfectionner son art, expérimentant divers matériaux et techniques : huile, aquarelle, polymères et glaçure, crayon chinois, gravure sur cuivre, toile de lin, coton, plexiglas et bois. En 1960, Rousseau gagne le premier prix du concours de la Galerie nationale du Canada (maintenant Musée des beaux-arts du Canada) sur les « Scènes d’hiver » avec un tableau intitulé « Maison Chevalier ». Puis le 23 août 1964, à son atelier de Saint-Étienne-de-Lauzon, Rousseau tient sa première Exposition champêtre, laquelle deviendra un incontournable estival avec la participation d’un nombre croissant d’élèves et d’artistes. L’année suivante, il quitte définitivement son emploi dans l’hôtellerie pour se consacrer exclusivement à sa passion, la peinture. En 1970, il achète le vieux moulin à scie et à farine de la Seigneurie de Lauzon et le métamorphose en Moulin des Arts voué à des ateliers libres de peinture, de céramique et de gravure.  C’est désormais l’endroit où se tiendront toutes les expositions champêtres ju’en 1979.  Parallèlement à ses activités artistiques, Rousseau multiplie ses voyages (France, Espagne, Angleterre, Portugal, Mexique, Canada, États-Unis, Antilles, etc.), lesquels sont pour lui une source d’inspiration intarissable. Il expose aussi partout au Canada, à Paris et à New York. Considéré comme un remarquable peintre et aquarelliste, il décrit son œuvre comme suit : « Tout sujet a une réalité humaine que le peintre peut traduire par une transposition des formes et des couleurs, par un jeu plastique se nourrissant de la réalité profonde de son modèle. » Après sa mort, son nom sera donné à une salle de spectacles multidisciplinaires et à une avenue à Québec ainsi qu’à une bibliothèque et à un boulevard à Saint-Étienne-de-Lauzon.

Retour en haut

28 mars 2019

Nouvelle adresse à Pointe-Claire

Nous vous présentons nos nouveaux bureaux de Pointe-Claire!

Avant d’être propriétaire des galeries Art et Style...

18 juillet 2018

Évaluations

Prendre note que dorénavant, il y aura des frais pour les évaluations d’œuvres d’art pour fin...

 Heures d'ouverture

Du lundi au vendredi  11 h à 17h 30         

Fin de semaine  10 h à 18 h