René Richard

Le peintre René Richard naît le 1er décembre 1895 à La Chaux-de-Fonds (Suisse) et décède à Baie-Saint-Paul (Québec) le 31 mars 1982. Fils d’immigrant venu s’installer avec toute sa famille à Cold Lake (Alberta), il est attiré très tôt par les grands espaces et le sentiment de liberté qu’ils procurent. Aussi, dès l’âge de 18 ans, devient-il coureur des bois, apprenant à la dure le métier de trappeur, métier qu’il pratique pendant plusieurs années. Tout au cours de cette période, il fait des centaines de dessins au crayon, lesquels témoignent de sa passion pour l’immensité nordique et le quotidien des amérindiens qu’il côtoie régulièrement. En 1926, il prend ses premiers cours de dessin à Edmonton (Alberta) et l’année suivante, il part pour Paris se perfectionner à l’Académie de la Grande-Chaumière. Dans la capitale française, il fait la connaissance du peintre montréalais Clarence Gagnon qui devient son mentor et ami. À son retour au pays en 1930, René Richard renoue avec la vie de coureur des bois, emportant cette fois dans ses bagages tubes de couleurs, crayons et papier d’emballage en guise de toiles. C’est au cours de cette période qu’il trouve son véritable style, se libérant du classicisme qui avait empreint ses œuvres précédentes. « Tracée rapidement sur le papier, la ligne court, tantôt légère, tantôt appuyée, cernant le tronc d’un arbre, allégeant la courbe d’une joue pour reprendre sa course et glisser tel un patineur exécutant un extravagant ballet. L’artiste donne libre cours à sa fantaisie, à son imagination, et de ce fait même, tout en s’inspirant du sujet, le déborde, le magnifie. » (Hughes de Jouvancourt). Puis, en 1938, Clarence Gagnon emmène son ami à Baie-Saint-Paul (Charlevoix), village qu’il affectionne particulièrement. Subjugué par la beauté des lieux, René Richard y retourne quelques mois plus tard pour s’y installer définitivement et se consacrer à son art. Et en 1942, il se marie avec Blanche Cimon, la fille des gens qui l’ont hébergé depuis sa première visite. L’année suivante, il tient sa première exposition à l’Art français. Il y remporte un franc succès, vendant tous ses tableaux en moins de deux jours. S’ensuit une représentation dans trois galeries de renom : la galerie Klinkhoff à Montréal, la galerie Zanettin à Québec et celle de René Bergeron à Chicoutimi. Plus tard, devenu ami avec Gabrielle Roy et Mgr Félix-Antoine Savard, il fait l’illustration de leur œuvre respective, soit  « La montagne secrète » (1975) et une nouvelle édition de  «  Menaud, maître-draveur » (1979).

En 1973, René Richard est décoré de l’Ordre du Canada et en 1980, il devient membre de l’Académie royale des arts du Canada. Cette même année, il donne à l’Université Laval une grande collection de tableaux et d’esquisses ainsi qu’une douzaine de dessins ayant servi à illustrer « Menaud, maître-draveur ». À son décès, son legs s’enrichit de 131 peintures et dessins. Parmi les nombreuses expositions qui lui sont consacrées, tant de son vivant qu’après, mentionnons celles du Musée du Québec (maintenant Musée national des beaux-arts du Québec) en 1967 et 1978, de la ville de Montréal (1986), de la Villa Bagatelle de Québec (1990), de La Chaux-de-Fonds (Suisse) (1992-1993), du Centre d’art de Baie-Saint-Paul (maintenant Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul) (1993) et du Domaine Cataraqui à Québec (1996).

« Prolifique, René Richard est sans doute un des peintres canadiens qui a su le mieux exprimer la nordicité, la solitude et la vie primitive des grands espaces territoriaux jalonnés par les saisons. Sa contribution à l’art pictural est impressionnante : des centaines d’œuvres, principalement des études, des dessins (esquisses, croquis, essais à la sanguine et au fusain, pochades, dessins aux crayons de couleurs et aux crayons feutres) et des huiles de petit et grand format….L’art de Richard, très personnel et marqué d’un certain expressionnisme, exprime donc aussi la survie dans des conditions extrêmes, confronté aux éléments naturels que sont les fleuves, les déserts polaires et les forêts. » (Esther Pelletier, professeure titulaire, Université Laval).

Retour en haut

28 novembre 2019

Ne manquez pas notre exposition virtuelle!

C’est avec grand plaisir que nous vous présentons l'exposition virtuelle annuelle "Petits formats des Fêtes", une...

21 novembre 2019

Marché de Noël de Baie-Saint-Paul

Nous vous accueillerons exceptionnellement jusqu’à 21h les vendredi 29 novembre et 6 décembre dans le cadre des...

 Heures d'ouverture

Du lundi au vendredi  11 h à 17h 30         

Fin de semaine  10 h à 18 h